Je veux vraiment savoir… l’évolution de la sécurité routière

Les routes françaises ont été meurtrières durant le 1er trimestre 2014 surtout pendant le mois de mars : 28 % de morts en plus qu’au mois dernier. Le bilan de la sécurité routière n’a en effet rien de réjouissant sur la période février-mars 2014.

Un mois de mars plus meurtrier qu’en 2013

Les statistiques sur les accidents de la circulation ont explosé au mois de mars. L’ONISR – Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière – révèle que les décès dus à des accidents de la route ont progressé de 28 % en variation annuelle pendant la période considérée. Cette structure a déploré 56 victimes de plus qu’il y a un an. Elle dénombre également 712 blessés en plus, soit une augmentation de 14,7 % sur une année glissante. Après la publication de ces statistiques, les usagers de la route se posent des questions sur l’efficacité des dispositifs mis en place telle que la barrière de sécurité.

Le coupable, c’est le climat

Selon les explications fournies par l’ONISR, les dispositifs comme les bornes escamotables ne doivent pas être mis en cause dans la dégradation du niveau de sécurité offert aux usagers des voies de circulation. L’organisme indique que cette situation a plutôt un rapport avec le climat. Les Français voulant profiter du beau temps – en mars 2013, le climat était moins clément -, ils se sont montrés plus mobiles. Par ailleurs, le recul du tarif à la pompe peut aussi être à l’origine de ces déplacements plus nombreux.

À quand le prochain CISR ?

Ceux qui se battent pour la cause des victimes d’accidents de la route voient les choses autrement. En effet, la LCVR – Ligue Contre la Violence Routière – accuse notamment le gouvernement de laxisme. La désignation d’un délégué ministériel a par exemple pris douze semaines. Cette association interpelle sans cesse les responsables publics sur la nécessité de renforcer les moyens déjà en place en allant par exemple au-delà du simple portail anti intrusion sur certains sites comme les stations de péage. La LCVR déplore qu’aucun CISR – Comité Interministériel de la Sécurité Routière – ne se soit tenu depuis maintenant douze mois alors que ce type de réunion est indispensable.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s